L'identité et l'évolution d'un quartier de Bordeaux : Bacalan

 
2

Un quartier portuaire et manufacturier
qui voit le jour au XVIIe siècle

Le quartier de Bacalan est limité à l'Est par les quais et la Garonne, au Nord par le boulevard de Brandenbourg, au Sud par le cours du Médoc, et à l'Ouest par le boulevard Alfred Daney. En 1672, les premières chaussées conduisant les quartiers des Chartrons et de Bacalan jusqu'au quai de Paludate furent mises en place. Dans le même temps, le port de Bordeaux vit se développer le commerce du sel, du poisson, des légumes et des fruits, ainsi que celui du vin.

 

Le quartier de Bacalan ne commence à se distinguer de celui des Chartrons qu'au milieu du XVIIe siècle. À cet égard, l'année 1690 marque véritablement la naissance du “quartier Bacalan”. Toutefois, il a fallu attendre la révolution de 1789 et la décision de partager Bordeaux en nouvelles circonscriptions pour que la séparation entre les Chartrons et Bacalan devienne une réalité. On peut donc conclure que plus de la moitié de Bacalan a été bâtie à partir du milieu du Second Empire, lors des prémices de la première Révolution industrielle.

Dès 1785, M. Tynac fait construire un moulin à blé afin de pourvoir aux besoins de la ville. Mais l'entreprise n'ayant pas réussi, David Johnston, fils adoptif d'un riche fondateur d'une maison de commerce irlandais, créé une fabrique de faïence à Bacalan en 1834 qui emploiera 700 ouvriers. Celle-ci passera ensuite dans les mains de la famille Vieillard.

 

Le creusement du premier bassin à flot, dont l'idée avait germée dès 1830 à cause de la saturation de la rade de Bordeaux, est autorisé en 1867 et achevé seulement en 1882. Bacalan devient ainsi le centre maritime de Bordeaux, auparavant situé quai des Chartrons. Il détermine le percement de plusieurs voies d'accès, hâtant la mise en service du chemin de fer du Médoc et rendant nécessaire l'achèvement du quai vertical sur la Garonne. L'intérêt des bassins à flot tenait au fait que la hauteur de quai à réaliser était sensiblement inférieure à celle qui aurait été nécessaire pour accueillir les mêmes navires en rivière et que les opérations de chargement et de déchargement étaient facilitées parce qu'à l'abri des mouvements de la marée.

Le second bassin à flot, réalisé entre 1906 et 1911, élève la surface des plans d'eau à environ 20 hectares. Cette construction a pour conséquence l'installation de magasins généraux, de dépôts commerciaux, ainsi que l'implantation d'industries nouvelles.